Procrastination

Est-ce que je procrastine si je joue du piano plutôt que faire la vaisselle?

Procrastiner est une activité humaine. Un chat par exemple, ne se lève que par nécessité. Besoin de manger, de boire, de se dégourdir, de visiter la litière et le revoilà à son activité principal, vacher… Je ne suis pas un chat ni un chien ni une vache, mais il me semble que ni l’un ni l’autre n’a la capacité de se dire: j’ai faim mais j’ai pas le goût de me lever ou je jouerai à la balle demain…

Procrastiner donc est un luxe humain. Pour ce faire, il faut d’abord se fixer des objectifs.  Ce n’est qu’alors que nous pouvons jouir du plaisir de repousser à plus tard.  Bien entendu, il y a procrastiner ce qui nous emmerde et procrastiner l’accomplissement de son désir/rêve, ce qui est plutôt étrange. 

Je sais pourquoi je joue du piano plutôt que faire la vaisselle, c’est plus amusant. Je ne sais pas pourquoi je sens que je dois lire tous les livres sur les réseaux sociaux et sur la communication avant d’écrire un seul message…  Je ne comprends pas toujours pourquoi je préfère aider les autres que de travailler sur mes projets, alors que mes projets sont de pouvoir vraiment aider les gens…

 


 

Procrastination

Qu’est-ce que ça signifie?

Remettre à plus tard ce qu’on peut faire maintenant…  Ok.  Mais pourquoi remet-on?

J’ai recensé quelques raisons et des solutions pour remédier à chacune des situations. 

C’est important, dans un premier temps de distinguer les arguments qu’on donne et la raison profonde.  Il faut se poser la question: pourquoi je n’ai pas envie de faire une tâche. 

Parce qu’on envie de faire autre chose

C’est une raison en soi intéressante, car elle nous permet d’activer notre système effort/récompense. On peut par exemple se dire qu’on va « souffrir » pendant 60 minutes mais qu’ensuite, on fera ce qui nous plait! 

Parce qu’on est occupé

La question à se poser est plutôt: est-ce que la tâche que je suis en train de faire est plus urgente? Est-elle plus importante?  Souvent, on s’occupe pour ne pas avoir le temps… 

Parce que la tâche à faire n’est pas claire

C’est la raison la plus difficile à apercevoir et pourtant la plus courante.  Quand on ne sait pas trop par où commencer, lorsqu’on arrive difficilement à se projeter en train de faire la tâche, qu’on est pas certain des étapes ou de l’ordre de celles-ci. Le premier travail à faire, est découper la tâches en plus petites tâches, un peu comme un pièce de théâtre est découpée en actes et en scènes.  Créer le « scénario » de la tâche, nous permet de mieux évaluer le temps requis et les éléments manquants. 

Parce qu’il manque des éléments

Parfois, nous ne pouvons accomplir une tâche parce qu’il nous manque quelque chose: soit un document d’un collègue que l’on oublie sans cesse de relancer, une expertise que l’on n’a pas et qu’il faudrait déléguer, ou acquérir, ce qui prend aussi du temps et de l’énergie. Peut être portons-nous tous les chapeaux de notre entreprise et un de nos rôles semble être en vacances, son matériel est brisé ou encore il s’est illusionné quant à ses capacités… Bref, il est important d’identifier le plus précisément possible, plus le scénario est clair et précis, plus le film en sera fidèle et plus il sera aisé d’en régler les détails et les problèmes. 

Parce que la tâche nous dégoûte

C’est la posture la plus éprouvante, car au-delà de l’ennui, la tâche nous fait horreur.  Que ce soit parce que c’est contraire à nos valeurs ou que ça nous écoeure littéralement, la seule issue, c’est de s’en débarasser rapidement. Ceci dit, on peut toujours d’abord essayer de déléguer la tâche à quelqu’un pour qui cette tâche n’est pas une torture. Et c’est une bonne raison pourquoi être différent les uns des autres est une merveilleuse chose. 

Parce qu’on nous l’a imposée

Parfois on se sent obligé de faire quelque chose et on s’explique mal pourquoi. On sent souvent qu’on est trop gentil, qu’on s’est fait manipuler, mais le pire c’est qu’on est souvent en colère contre soi-même de ne pas savoir dire non.  Car oui, c’est bien notre responsabilité de mettre nos limites, que les autres devront respecter. Si ce n’est pas le cas, on a le droit de s’exprimer.

Parce que ce n’est pas urgent

Tu reconnais le tableau?  Urgent / Important  Non-urgent / non-important. Si nous avons trop de tâches dans les cases no. 1 et 3 nous n’avons plus assez de temps pour la case 2 qui est tout aussi importante 😉 

Parce que j’en rêve mais que ce n’est pas important

Malheureusement, nous mettons souvent nos rêves secrets ou non dans les deux dernières cases. Donc, mes conseils sont de faire remonter ses rêves dans la case important. Et surtout de dégager plus de temps pour la case 2 – Important, que pour toutes les autres.

Parce qu’on a envie de rien faire

Et pourquoi pas? Notre corps nous parle et nous dit que si nous nous faisons violence ce sera peut-être de l’énergie perdue. Il faut se dire que c’est ok de prendre un jour de congé. Faire un pacte avec soi-même et se promettre de faire la tâche à une heure précise le lendemain.  On pout même méditer un peu sur elle et se projeter quelques minutes en train de l’exécuter.  Parfois de séparer la réflexion-préparation et les actions en deux séances distinctes est suffisant pour que tout deviennent simple et fluide et pas si douloureux finalement…

Ceci dit, si tous les jours tu n’as envie de rien faire, il faut tout remettre en question et s’ouvrir à l’éventualité d’un burn out, d’une dépression, une affectation ou une maladie. 

Tu es entrepreneur pour avoir le contrôle de ta vie!

Je te mets au défi cette semaine 😉

Crée-toi un horaire de rêve!  

Laisser un commentaire